: A.F.Touch-cuisine"/> : A.F.Touch-cuisine"/> Une bien jolie promenade

Une bien jolie promenade


Google+ buttonFacebook buttonTwitter button

Une bien jolie promenade
C'est vrai que mes enfants et mes amis avaient eu une bien belle idée en m'offrant pour mon anniversaire un forfait du "Lys d'Argent" qui nous permettait ma femme et moi d'aller souper et dormir dans un des établissements de la célèbre chaîne des Relais et Châteaux.
Mais lequel choisir tant ces endroits sont tous magnifiques?
En lisant et relisant le guide j'eus soudain le déclic : pourquoi ne retournerions pas voir l'ami Marc Meneau dans son fief de L'espérance à Vezelay ou il se bat becs et ongles pour conserver « Sa Maison » ?
Nous réservons donc et nous voici en ce début du mois d' Août sur la route, prenant le chemin des écoliers afin de profiter au mieux de cette jolie journée qui s'annonçait.
Il était 11h lorsque nous arrivâmes a Auxerre, je pensais alors qu'un de mes amis cuisiniers, Jacques Delfontaine, m'avait parlé d'un petit couple «qui faisait bien» a St Bris le Vineux situé dans ce carré magique de l' Auxerrois entre Coulanges la vineuse, Irancy et Chablis bref entouré de noms évocateurs de cette région viticole.
Nous voici donc attablé dans ce charmant restaurant et comme nous l'avait dit Jacques nous y fîmes un repas remarquable de sincérité et de convivialité et que dire du rapport qualité/Prix ? Une jolie entrée joliment dressée puis un blanc de volaille charnu nappée d'une sauce aux crustacés accompagné d' haricots frais écossés et d'un petit bouquet de girolles suivi d'une belle coupe de glace aux griottes confites le tout servi avec un Irancy de chez Bienvenu pour 55 euros pour 2.
Nous remerciâmes les époux Steinger pour leur acceuil Fabrice en cuisine et la souriante Stéphanie qui malgré un sérieux mal de reins continuait a recevoir ses hôtes comme si rien n'était.
Il était 14h et comme nous étions sur la route de L'espérance vraiment en avance, nous décidâmes d'aller visiter une des plus belles basiliques de l'Occident chrétien j'ai cité celle de Vezelay.
En laissant notre auto en bas nous ne nous y attendions pas que de monter jusqu'aux remparts et ensuite de visiter la basilique représentait déjà un pas sur le chemin de St Jacques de Compostelle.
Mais nos efforts furent récompensés par le spectacle unique proposé : autant a l'intérieur par les dimensions hors normes de cette magnifique bâtisse que par la vue exceptionnelle offerte aux visiteurs qui découvrent du haut des remparts les premiers contreforts de la Bourgogne.
Mais même un peu «béatifiés» il faut quand même nous remettre en route pour filer jusqu'à St Père.
Nous voici donc maintenant arrivés devant L 'Espérance théâtre de si merveilleux moments passés dans cet endroit les souvenirs tout de suite affluents en cascade emplis des rires des membres de toute notre famille réunie autour de mon père aujourd'hui disparu et de Françoise et Marc Meneau, d'ailleurs, en passant le portail j'ai le sentiment qu'il nous observe avec son sourire malicieux.
Le plus surprenant c'est que dés notre arrivée, une seule personne était là comme pour nous attendre, Marc Meneau s'avança tendit les bras et embrassa ma femme, sans une hésitation aucune
alors que notre dernière venue datait d'une vingtaine d'années, il semblait alors que le temps s'était arrêté et que seuls nos cheveux poudrés de blanc étaient les témoins de nos années passées.
Un homme charmant nous fit traverser la rue pour nous installer dans une des chambres noyée dans ce magnifique domaine joliment dénommé «Le Pré des Marguerites» la visite de cet endroit valait déjà le détour, prés d'une jolie piscine encadrée de roseaux, des petits torrents, des petits ponts bref le dépaysement total , la chambre était du même acabit exactement décorée comme les goûts du maître de maison des touches de cérusé mêlées a des agencements modernes du plus bel effet.
Il était 20h nous avions rendez vous dans le magnifique jardin pour y boire l'apéritif et consulter la carte.
2 bons kirs servis avec des amuses-bouches très originaux, sur une plaque d'ardoise une petite barbe a papa salée un petit bouillon glacé provençal et un petit carré de taboulé aux légumes.
Puis quelques instants plus tard on vint nous chercher et l'on nous installa à notre table en regardant autour de nous on pouvait y admirer une féerie jouée sur 2 couleurs le vert pale et le blanc de la décoration de la salle, des assiettes et même des fleurs (magnifiques orchidées blanches) .
Nous voulions goûté la cuisine comme la sentait Marc en ce moment pour les entrées ma femme en choisit une écrite simplement en 3mots : Foie gras cerise et moi millefeuille de sardines et homard entre parenthèses beaucoup de restaurateurs qui nous multiplient les explications des plats comme si nous étions encore à l'école devraient bien s'inspirer de l'épure de Marc...
Le foie gras arriva, assiette superbe : une tranche d'un côté nature puis 2 petits dômes contenant eux même du foie gras comme protégé de gelée de cerise et 3 jolies cerises de l' Yonne complétant le décor quand à mon millefeuille : 3 minces tranches feuilletées servaient d'appui a des filets de sardines fraîches enroulées sur leur beurre et des petites tranches de courgettes enroulées autour de la chair de homard un mélange d'un produit simple métissé avec la chair du homard.
On nous servi avec un Bourgogne Vézelay des vignes Meneau.
Vous l'avez déjà compris le repas commençait bien la suite fut de même pour ma femme un filet de sandre jus d'oseille «Pressé Cru» c'est a dire poêlé servi avec un jus d'oseille et comme garniture 3 petits bouchons de céleri rémoulade surmontés d'une julienne fine d'oseille qui surprenaient agréablement le palais par leurs textures.
Quand a moi je me régalais d'une tête de porc cuite à la broche et ses petits farcis : un plat exceptionnel de goût (les tranches juste panées et tranchées) agrémentée d' une sauce hollandaise moutardée en saucière.
Le sommelier souriant nous servi alors un coteaux du Giennois du domaine de Villargeau qui s'accordait très bien avec nos deux plats
Puis arrivèrent les fromages ceux fermiers de Bourgogne d'une part puis sur une desserte dressés comme deux monuments des morceaux de tommes de Cantal d'une vingtaine de kilos chaque ces merveilles étaient des vieux Cantal au lait de Salers un de 2006 et l'autre de 2007 et servi avec du céleri que dire de plus à part que leur dégustation fut exceptionnelle.
Puis vinrent les desserts nous choisîmes les mousseuses Fraises « Marie-Antoinette-Sofia Coppola» du nom de la réalisatrice du film qui demanda a Marc Meneau de lui restituer la cuisine de l'époque pour les besoins de son film d'ailleurs Marc n'en été pas a son coup d'essai puisqu'il avait déjà officié pour les besoins du film «Vatel» avec Gérard Depardieu et avait pour cela reconstitué les magnifiques buffets que l'on pouvait admirer dans le film.
Voilà la salle se vidait, alors il vint a notre table et pendant presque 1 heure uniquement accompagné par le bruit du torrent et des senteurs de son proche potager nos souvenirs communs revinrent a la surface.
Je l'entends encore me parler des 3 préceptes qui ont guidé sa vie la cuisine est artistique dans sa conception, artisanale dans son application et design dans sa présentation !
Et puis avant de clore le chapitre de ce beau moment passé j'ai retenu et il serait bien que les autres cuisiniers et restaurateurs en prennent l'exemple :
- l'abandon des verrines pour des amuses bouche plus recherchés et entre nous il était temps
- La simplicité dans les dénominations des plats servis
- l'abandon des rainures de sauces et de jus servant d'accompagnement du plat et dont on ne pouvait même pas en goûter une petite cuiller, ici avec chaque plat le maître d'hôtel nous propose une saucière à part et grand bien lui fasse.

Sur le départ après un merveilleux petit déjeuner le lendemain matin je pensais que nous n'aurions plus souvent l'occasion de vivre des moments d'exception car un jour ou l'autre peu ou pas de chefs propriétaires pourront garder ce nombre de personnes aussi pointues dans leur métier poste par poste pour tenir ce rang dans l'excellence et dans la recherche de la qualité extrême.

Pour finir notre petit périple il nous fallait prendre des nouvelles de notre charmant petit couple qui officient seuls dans leur restaurant « Le Charme » a Mercurey. Fabien le mari un ancien du triple étoilé « Lameloise » et Corinne sa petite femme toujours aussi souriante et toujours si érudite en vins de Bourgogne.
Nous qui arrivions de chez Meneau ,imaginez que ce jeune couple le midi en semaine propose un 1er menu a 14,10 euros avec entrée plat et dessert.
Nous fîmes dans l'endroit un très bon dîner avec des plats recherchés et de jolis vins, mais il serait bien que leur établissement soit plus connu car un jour a bout de forces ils rejoindront la «ville» pour gagner leur vie...

Voici nos adresses visitées et quelques vignerons à découvrir :

Restaurant « Le Saint-Bris »
Fabrice et Stéphanie Steinger

13 rue du docteur Tardieux
89530 Saint Bris le Vineux
tel 03 86 53 84 56
Vins a découvrir : en blancs :Saint-Bris , Coulanges -la -Vineuse et Irancy en rouge

Restaurant « Domaine de L' Espérance »
Marc Meneau

Grande Rue
89450 Saint Père-sous-Vézelay
tel: 03 86 33 39 10
site Internet :www.marc-meneau-esperance.com
Vins a découvrir:en blanc Bourgogne Vézelay « vignes blanches »
de chez Meneau viticulteur
en rouge :Coteaux du Giennois du Domaine de Villargeau

Restaurant "Le Charme"
Corinne et Fabien Benoit

Route d' Autun
71640 Mercurey
tel: 03 85 45 28 49
Vins a découvrir: en blanc : Mercurey 1er cru « les Veleys »
François Raquillet propriétaire
en rouge: Mercurey 1er cru « La Chassiére » Philippe Garrey propriétaire.


Vos commentaires

Répondre dominik  09/09/2009

Nous retenons l'adresse des 2 restaurants, mais nous éliminons celui de Marc Meneau, nous y sommes allés il y a quelque temps avec l'enveloppe cadeau " Relais et Chateau" à choisir.
A fuire... nous avons été traités comme des voleurs, méprisés par tout le personnel... complètement isolés dans un petit coin de la salle de restaurant. Pour l'apéritif nous avons eu une goutte de champagne dans nos flutes gigantesques, comme nous en avons demandé un peu plus, cela nous a été facturé...le prix a été celui de l'ensemble de notre cadeau, car en clients honnêtes, en partant le lendemain matin, nous sommes allés réglé notre "consommation suplémentaire ".
En conclusion ce cher Monsieur Meneau peut déposer son bilan, IL DOIT APPRENDRE A SOIGNER TOUS SES CLIENTS - IL N EST QU UN CHEF PARMI TANT D AUTRES - ET N A RIEN D UN ETRE SUPERIEUR.
Nous sommes des habitués des grands hotels, et restaurants étoilés...désolés pour le commentaire négatif.
Nous allons à Vezelay aussi souvent que nous le pouvons, nous vous recommandons pas très loin à QUARRE-LES-TOMBES 5 km au sud est par la D 10 Aux Lavaults l'Auberge de l'Atre. Un régal de saveurs, d'amabilité, de simplicité : il est impératif de réserver à l'avance.
Merci de nous avoir lu.

Répondre jacques  27/08/2009

Le saint bris compte à mes yeux pour la régularité de ses plats , les dsserts sont simple mais de grande qualité ,et pour rien oublié il faut remettre le coulant au chocolat le péché mignon de Stéphanie il me semble ?
Je suis très heureux de la conclution de l'article de mon ami Patrick .En effets il faut certainement revenir à des valeurs surs de notre gastronomie .

Répondre chef patrick  26/08/2009

cher andré
Le café était excellent mais je bat ma coulpe je n'ai pas demander sa provenance
il ne reste plus qu'a envoyer un petit mail a l'Espérance pour demander la provenance de leur café
bisous a ta petite femme
patrick
ps au fait ou est tu de l'écriture de ton ouvrage que nous devions écrire en commun?

Répondre André ROCHER  26/08/2009

Patrick, quel narrateur tu fais !On en a l'eau à la bouche
C'est un plaisir de te lire aussi bien dans la "cuisine", que dans dans tes promenades mais au fait comment était le gout des "cafés "de ces excellents restaurants?
Amitiés
André

Répondre La belle Geneviève  25/08/2009

J'ai presque cru que nous étions à vos côtés lors de cette belle escapade

Répondre rollet patrick  24/08/2009

C'est toujours un plaisir,que de lire ces périples gastronomiques qui activent mes papilles.Poutous de la part du gendre Patrick.

Répondre roseline  24/08/2009

Je vais trés probablement essayer les 2 petits restaurants que vous indiquez, mais pour l'Espérance,j'ai déja essayé, et l'essai n'a, et de loin, pas été concluant! je n'y retournerai pas.

Répondre Ivan  24/08/2009

Isackson,
je ne doute pas de la qualité du votre petit restaurant ouvrier sur la route de Compostelle, et un prix élevé n'est jamais un gage de qualité, mais comparez ce qui est comparable s'il vous plait... comparez les prix d'un 2 ou 3 étoiles à une auberge de campagne c'est comme comparer un camping (aussi beau soit il) a un hôtel 4 étoiles... évidement que les prix diffèrent...
Quant au 55 euros pour un beau repas pour deux (vin compris) et bien je ne sais pas dans quelle région vous habitez mais du côté de chez moi (Yvelines) c'est un tarif tout à fait acceptable (si le repas est de qualité bien entendu)...

Répondre Isackson  24/08/2009

55€ pour deux pour les premiers : à ce prix là le moins est que ce soit bon. Et le prix chez Meneau ? Vous n'osez pas sans doute.
Moi, sur le Chemin de Compostelle, ce mois d'août, j'ai déjeuné (sans le vin) lors de mon étape avant La Souterraine, dans un petit restaurant "cuisine ouvrière" pour 8€. Repas plus que convenable concocté par les patrons, salade de crudités du jardin, pilons de dinde au riz avec sauce géniale et la meilleure des tartes aux mirabelles du jardin que j'ai jamais mangée. Je vais rechercher le nom du village et celui du restaurant qui mérite votre attention.

Répondre GREGOIRE  24/08/2009

Bien noté, cela fait envie.
Petit reproche, il manque la photo des desserts ;-)

Répondre bruno  24/08/2009

c'est pas humain de nous mettre de telles assiettes sous les yeux à midi...

Répondre pepette  24/08/2009

Whouaaaa ! voila une belle idée de cadeau et de belles photos. Merci de nous faire partager cela.

Laissez un commentaire