Les bâtonnets de poisson panés d'un fameux Capitaine…


Facebook buttonTwitter button

Les bâtonnets de poisson panés d'un fameux Capitaine…
Bon, c'est entendu, ceci n'a pas grand-chose à voir avec la gastronomie mais des chefs inventifs pourraient bien les détourner…
Et puis, combien d'enfants n'ont-ils eu leurs premiers contacts gustatifs (si l'on peut dire) avec le poisson de cette façon, au point où nombre de très jeunes d'entre eux s'imaginent que les poissons sont dorés et en forme de barre (les fameux poissons « carrés ») !

Au Labrador, dans les années 1910, Clarence Birdseye, au nom prédestiné, observant que le froid conserve la nourriture imagina d'en exploiter cette propriété dès son retour aux USA.
Après expérimentation de méthodes de congélation, il remarqua que l'abaissement très rapide de la température d'un produit alimentaire (la surgélation) à un point très bas change l'état de l'eau en glace, ce qu'on savait bien sûr, mais en très petits cristaux qui ne brisent pas les molécules entourées d'eau, préservant donc la structure du produit surgelé et aussi le goût.

Il créa la future General Foods en 1924.
En 1967, une dizaine d'années après son décès, le groupe transforma le « look » de M. Birdseye en celui d'un vieux marin barbu et sympathique, le « Captain Birdseye », pour illustrer les emballages et les publicités des bâtonnets de poisson surgelés.
L'ancien traiteur de fourrures devenu industriel du froid alimentaire n'a peut-être jamais été capitaine mais c'est sous cette apparence que tous les enfants le connaissent : « Capitan Findus » en Italie et « Captain Iglo » en France, en Allemagne et aux Pays-Bas.


Vos commentaires

Répondre Dubarry  19/12/2011

Cher Olivier33
Merci pour vos aimables encouragements qui répondent fort bien à l'objet de ce modeste reportage. J'en ai d'autres déjà prets et d'autres en gestation du même tonneau (pour rester dans l'imagerie martime) et aussi plus espiègles voire humoristiques...).
Joyeux Nöel à tous avec un peu d'anticipation

Répondre Olivier33  16/12/2011

Certains commentaires à ce reportage sont étranges, pour ne pas dire incompréhensibles !!
J'y vois pour ma part une contribution plaisante à un domaine toujours passionnant qu'on pourrait appeler "la petite histoire des grandes inventions"...
Rien à redire donc !
Le préambule place le propos dans sa juste dimension, et l'article nous invite à prendre quelque distance avec l'image aguicheuse que le marketing s'applique à donner d'un produit.
Moi, Cher Dubarry, je suis preneur d'histoires comme celle-ci, et je crois bien que nous sommes nombreux à souhaiter en trouver d'autres du même tonneau sous votre plume.

Répondre finke  16/12/2011

moi j'ai bien aimé ce reportage,qui ns renseigne un peu plus sur les origines d'un produit ! et je vais vs dire : je raffole de ces panés malgré mon grand âge ! mmmmm ! avec un peu de mayonnaise , allégée par un blanc d'oeuf battu en neige !

Répondre ivan  16/12/2011

réponse a renan29,

dites moi quel passage de cet article vous laisse penser que nous ventions ce produit...

Surtout n'hésitez pas a nous envoyer la liste des sujets que vous nous autorisez a traiter...

Un dernier point, si votre commentaire est visible, c'est une preuve que le débat est possible et que cet article n'est pas une publicité, mais de l'information culturelle...

Répondre Dubarry  16/12/2011

réponse collective
Je fais aussi comme vous pour mon fiston.
Ce petit article se veut uniquement "culturel" et sans aucune dimension gastronomique ou diététique

Répondre renan29  16/12/2011

Il est quand même enorme et indecent qu'un site de cuisine comme le votre vente des produits completement opaque ( reportage sur la 5 jeudi 15 dec 2011 dans l'aprés-midi , non seulement vous semblez les defendre , mais votre role est plutot de manger sain et là !!

Répondre Ari  16/12/2011

that's it? quid de la qualité des produits? élevage ou pas, la panure, les sauces? OGM ? oui OGM

Répondre Jean-Noël cuenot  15/12/2011

Pour ma part, quand il s'agit de faire manger du poisson à un enfant, je trempe un filet de lieu noir (acheté chez mon poissonnier) dans un œuf battu, je le roule dans la chapelure (j'ai souvent du pain sec), et je le fait frire dans un mélange d'huile d'olive et de tournesol. Les enfants (et les adultes) le préfèrent au "findus", "iglo", et autres prémachés aux goûts prédéfinis. On peut même ajouter du persil dans l'œuf battu, ou autre épice. Je vous garanti l'effet, pour moins de dix minutes de préparation.

Laissez un commentaire